C’est décidé, j’autorise le télétravail

télétravail

Comment passer du télétravail non préparé du confinement à un télétravail ponctuel plébiscité par les salariés ? Pour inscrire cette pratique dans le temps, les entreprises n’ont pas d’autre choix que d’adapter leurs dispositifs informatiques.

 

 

Avec la crise sanitaire du coronavirus, de nombreuses PME ne travailleront plus comme avant. Depuis le déconfinement, 21% des TPE PME maintiennent des salariés en télétravail, d’après la récente enquête de la CPME. Ce sont même 62% des métiers qui seraient « télétravaillables » selon la start-up Boostrs. Fini aussi le cliché sur la baisse de productivité en télétravail, 71% des salariés français interrogés par Okta pensent que la théorie de l’employé non productif à domicile convainc moins qu’auparavant. Mais si les entreprises souhaitent que leurs collaborateurs conservent un niveau de productivité équivalent au bureau comme en télétravail, elles doivent repenser leur informatique, en mettant à leur disposition des équipements et outils informatiques adéquats.

Les prérequis de la vie de bureau à la maison

La pérennisation du télétravail ne s’improvise pas et fait l’objet de conditions particulières garantes d’une bonne maîtrise de ce mode de travail.

1. Faire fi du BYOD et du Shadow-IT

Adapter son organisation au télétravail passe en premier lieu par l’équipement des salariés. D’après une étude SFAM, seuls 24 % des Français sont équipés par leur entreprise d’un smartphone et d’un ordinateur pour télétravailler. Bien qu’ils aient pu compter sur leur matériel personnel pour travailler, ils ont multiplié au passage l’exposition du réseau de l’entrepriseaux cyberattaques. Certains salariés ont même eu recours à leurs propres outils d’échange. Ce manque de préparation des entreprises au télétravail impacte non seulement la productivité des collaborateurs, mais aussi la sécurité du Système d’Information.

2. Se doter d’outils collaboratifs ergonomiques et simples

La conversion aux outils digitaux et collaboratifs est aussi l’un des autres défis du télétravail. Pour collaborer ensemble à distance, mieux vaut s’appuyer sur des outils de collaboration efficaces basés sur le Cloud, tels qu’Office 365. Ce package de logiciels intelligents et connectés permet de travailler simultanément en équipe et en direct sur des documents, de communiquer par chat, visioconférence ou téléphone avec des collègues ou des clients. Konica Minolta s’est appuyée sur Office 365 pour mettre au point un service de travail collaboratif s’appuyant sur une plateforme cloud publique.

3. Appliquer les bonnes pratiques de sécurité

Utilisation de réseaux WiFi publics, non mise à jour des logiciels de sécurité, utilisation du matériel professionnel pour des usages personnels, données non sauvegardées… le télétravail expose les PME à des cyberattaques ou à des violations de données. Elles doivent donc étendre leurs politiques de sécurisation des données, du réseau de l’entreprise et du SI jusqu’au domicile des télétravailleurs. A ce jour, beaucoup d’entre elles seraient potentiellement vulnérables sans même le savoir. Konica Minolta propose des services de sécurité informatique qui englobent le personnel, les processus et la technologie. Ses services managés de sauvegarde permettent également d’externaliser la gestion de la sauvegarde des données dans le Cloud.

 

La généralisation brutale du télétravail a déclenché une révolution dans l’informatique des entreprises. Donner aux collaborateurs ce dont ils ont besoin pour travailler à distance n’est donc pas si simple qu’il n’y parait. Pour faire perdurer le télétravail après la crise dans de bonnes conditions, les PME doivent encore lever certains freins technologiques à son adoption. Konica Minolta les aide avec une offre clé en main, comprenant : PC et accessoires, solutions de sécurité, Pack Office Gold, imprimante et assistance.

9 juin 2020
Ce contenu vous intéresse ?
Imprimez-le !