Colorimétrie : cela n’a jamais été aussi simple

BEST OF de vos articles préférés au 1er semestre : La colorimétrie est aujourd’hui simple à implémenter. L’acquisition de spectrophotomètres est beaucoup plus accessible en termes de coût et les technologies de contrôle de la couleur sont à ce jour matures et efficaces. Certes, vous pourriez trouver qu’il est plus difficile de mesurer la couleur à travers une gamme d’instruments de mesure et de substrats. Mais y-a-t-il une bonne raison de ne pas le faire ? N'y a-t-il pas non plus des normes à suivre ?

Contrôle de la couleur

Il y a effectivement plusieurs normes pour la mesure de la couleur, parmi les plus anciennes : Euroscale et SWOP. De nouveaux standards sont apparus plus récemment, tels que la norme ISO 12647-2 édition 2013, FOGRA 39 ou CGATSTR 001. A quoi servent-elles ?

En fait, tous les standards mentionnés ci-dessus correspondent uniquement à l’impression offset. Imaginez le champ de possibilités existant pour chaque système d’impression et substrats. Si l’on retient uniquement les normes internationales développées et approuvées par des experts à travers le monde, elles couvrent l’ensemble des processus d’impression analogiques : flexo, gravure, offset et écran.

Mais qu’en est-il de l‘impression numérique ? A l’heure actuelle, aucune norme officielle n’existe. Certes, il y a bien eu des tentatives et des projets vont dans ce sens. La réalité est qu’il est très difficile de s’accorder sur des standards pour l’impression numérique. Pourquoi ? Et bien parce qu’une multitude d’encres et de formulations d’encres différentes sont utilisées pour l’impression numérique. Ceci est principalement dû au large spectre des technologies d’imagerie et des substrats d’impression. En l’absence d’accord sur des encres et des papiers de référence ou de substrats, il s’avère compliqué de définir des valeurs pour les couleurs imprimées.

Par conséquent, de plus en plus de Professionnels des Arts Graphiques s’appuient sur les standards de l’impression offset comme référence commune pour une partie de leur production. Pour le cross-média qui implique généralement le recours à différents matériels utilisant différentes encres et substrats, il est possible d’offrir un résultat prévisible et une qualité d’impression assurée.

Revenons-en aux normes, si nous devions choisir une norme mise à jour et acceptée comme un standard pour l’impression offset, nous mettrions de côté les vieilles normes Euroscale or SWOP et viserions plutôt les normes ISO. Pour être plus précis, nous devons axer notre choix sur un profil de référence conforme au standard ISO. C’est dans cette optique que les normes FOGRA 39 ou de CGATS TR 001 sont intéressantes et peuvent servir de référence pour le contrôle de la couleur avec une qualité d’impression offset. A partir de ces normes, des profils ICC peuvent être créés et standardisés par les Professionnels des Arts Graphiques pour assurer des travaux d’impression de qualité. Sélectionnez un profil ICC, testez-le et utilisez-le comme point de référence pour produire des travaux d’impression respectant l’uniformité des couleurs.

Traduction de l’article écrit par Paul Lindström, journaliste spécialiste de l’industrie des Arts Graphiques pour le portail Prokom de Konica Minolta.

11 août 2017
Ce contenu vous intéresse ?
Imprimez-le !
Aller à la barre d’outils