Etiquettes : l’impression numérique séduit de plus en plus

L’intérêt ne dément pas pour l’impression numérique d’étiquettes. Un fait constaté à l’imprimerie bretonne Roudenngrafik qui a choisi le business hub PRESS C71cf pour étendre son offre de services.

impressionetiquette

A l’occasion de Label Expo 2017, la FINAT a évalué les parts de marché de l’impression numérique d’étiquettes qui représente 9,7% du marché européen de l’impression d’étiquettes*, un pourcentage en hausse. Sur les 2 000 presses numériques d’étiquettes actuellement installées en Europe, 76% sont à toner et 24% sont à jet d’encre/hybrides.

Pour l’heure, les professionnels de l’impression cherchent avant tout des presses numériques robustes et fiables pour éviter toutes interruptions dues à des défaillances techniques ; mais aussi des machines dont ils pourront exploiter leur pleine capacité. Pari tenu pour le business hub PRESS C71cf de Konica Minolta choisi par l’imprimerie Roudenngrafik afin de créer une ligne de production numérique offrant plus de souplesse et de rentabilité dans les courts et moyens tirages.

« Les frais techniques et la gâche étant considérablement réduits, le business hub PRESS C71cf nous permet d’être rentable sur des petites et moyennes quantités, 1000 étiquettes voire moins, alors qu’auparavant, il fallait au minimum 5000 étiquettes. Ceci est particulièrement demandé par exemple pour les produits saisonniers, les biscuiteries bretonnes, les artisans », explique le dirigeant de Roudenngrafik.

Le module de finition GIC (échenillage semi-rotatif et bloc vernis) est également un atout incontestable pour Roudenngrafik. Il lui permet de proposer du vernis sélectif sur les étiquettes pour du repiquage (date de péremption par exemple).

En outre, la simplicité d’utilisation du business hub PRESS C71cf permet d’augmenter le temps de disponibilité et d’optimiser les temps de production. Il permet également d’imprimer sur un large éventail de supports adhésifs, y compris le papier couché et non couché, polypropylène, papier synthétique, sans négliger la qualité.

« La qualité d’impression est excellente et constante. Nos équipes commerciales ont été surprises par ce point, ce qui les a particulièrement motivées à proposer ce nouveau service à leurs clients », conclut-il.

Ainsi, de nouveaux marchés ont pu être décrochés par l’imprimerie bretonne, par exemple, de nouveaux clients pour des présentations de prototype. L’occasion de leur faire découvrir l’étendue de son offre et de les accompagner désormais sur d’autres projets comme du boîtage.

* Source : Etude menée par le cabinet américain LPC pour le compte de l’Association des fabricants d’Etiquettes Autoadhésives

28 septembre 2017
Ce contenu vous intéresse ?
Imprimez-le !