Gestion des couleurs : pourquoi est-ce indispensable ?

Rendez-vous chez n'importe quel revendeur de télévision, et regardez le même programme sur différents modèles de télévisions. Ils n'affichent pas tous la même couleur ? C'est là une preuve simple mais évidente de tout l'intérêt de la gestion des couleurs sur le marché des Arts Graphiques. Notre secteur est complexe, nous devons visualiser, épreuver et imprimer des images et des pages aussi précisément que possible.

Gestion des couleurs

Nous utilisons des espaces colorimétriques changeants : le RVB (rouge, vert bleu) pour la photographie, et nous imprimons en CMJN (cyan, magenta, jaune, noir). Sans compter que les images et les maquettes sont produites en utilisant un matériel, un logiciel et des technologies différents. Les pages sont imprimées en utilisant différentes encres, différents pigments, papiers et substrats, ou encore différents processus d’impression, tant analogiques que numériques. Tout cela affecte la façon dont la couleur sera reproduite.

La nécessité d'un flux de production avec gestion des couleurs

Sans gestion des couleurs au sein du flux de travail, comment contrôler la couleur au cours de vos nombreux processus de travail ? Comment allez-vous répondre  aux attentes de vos clients, voire faire mieux encore ?

Ce n’est qu’en utilisant une gestion des couleurs basée sur l’ICC que vous pourrez contrôler précisément la couleur sur tout votre flux de travail. Avec un système convenablement configuré, les conversions de couleur seront précises, les épreuves correspondront aux produits imprimés attendus, les fichiers arrivant en presse seront préparés conformément aux spécifications et profils de sortie pour la presse et les papiers.

Tout cela réduit les durées de traitement et de remise en traitement des fichiers. Et accélère les processus jusqu’en salle d’impression.

Une gestion automatisée de la couleur

Si vous utilisez une solution Web-to-Print, un système de gestion automatisée des couleurs peut être très important pour préparer les fichiers entrants en fonction de votre périphérique de sortie.

De nombreux RIP de production qui contrôlent les périphériques de sortie ont une très bonne gestion des couleurs, qui peut permettre l’automatisation de la conversion des fichiers en profils ICC corrects pour la condition d’impression, à savoir la presse et le support. Ces RIP sont aussi souvent associés aux outils permettant d’étalonner ou de re-profiler le périphérique de sortie numérique.

Si cette approche de la non-intervention totale ne convient pas à votre façon de travailler, il existe bien d’autres moyens pour introduire l’automatisation de gestion des couleurs dans des systèmes et logiciels utilisés dans le flux de travail :

– Un logiciel de contrôle PDF en amont vous permet bien souvent de contrôler des zones de la gestion de couleurs au sein de fichiers PDF que vous devez corriger.

– La gestion de couleurs du bureau au sein de programmes tels qu’Adobe CS ou Quark Xpress peut être automatisée et contrôlée.

– Un logiciel pour serveur spécialisé dans la gestion des couleurs, qui peut automatiser les conversions de couleurs de nombreux fichiers, notamment des PDF, en vue de normaliser le fichier pour le périphérique de sortie.

Un retour sur investissement quantifiable

Un système et une politique de gestion des couleurs, s’ils sont correctement adaptés à vos besoins, votre marché et votre flux de travail, vous font gagner du temps, améliorent la qualité et réduisent la gâche dans de nombreux secteurs.

  • Réduction des temps de production.
  • Réduction des reprises des images et des pages.
  • Réduction du nombre de cycles d’épreuvage nécessaires.
  • Réduction du nombre de réimpressions.
  • Réduction du volume des matériaux, de la gâche, des frais d’énergie.
  • Réduction sur les coûts de transport.
  • Réduction des durées associés à la vente et à la gestion de l’épreuvage, des problèmes de couleur et des réclamations.

Sans compter le capital confiance de votre clientèle, acquis sur votre capacité à répondre à leurs exigences, qui se répercutera naturellement sur votre chiffre d’affaires et vos bénéfices.

Carole COUSIN
|
7 avril 2017
Ce contenu vous intéresse ?
Conservez-le !
Aller à la barre d’outils