Identification unique du patient : êtes-vous prêt à relever le défi ?

Les établissements de santé seront confrontés à deux défis majeurs au cours des prochains mois : l’identification unique des patients au sein des GHT et la généralisation de l’identifiant national de santé.

identificationuniquedupatient

Ces dernières années, le cadre juridique du SIH (Système d’Information Hospitalier) a évolué en profondeur pour favoriser le partage et l’échange sécurisés des données de santé : règles liées au partage et à l’échange de données, publication des référentiels d’interopérabilité et de sécurité, convergence des systèmes d’information des GHT…

La prochaine évolution à venir est conditionnée par l’utilisation d’un identifiant unique pour les patients (NIR*) au sein des GHT et par la généralisation de l’identifiant national de santé (INS).

A partir du 1er janvier 2020, l’INS – qui prendra la valeur du « NIR » dans la quasi-totalité des cas – sera systématiquement utilisé par tous les professionnels et établissements comme clé d’accès ou d’échange des données d’un patient.

D’après le décret publié au journal officiel (Art. R. 1111-8-2) : « L’identifiant national de santé est utilisé pour référencer les données de santé et les données administratives de toute personne bénéficiant ou appelée à bénéficier d’un acte diagnostique, thérapeutique, de prévention, de soulagement de la douleur, de compensation du handicap ou de prévention de la perte d’autonomie, ou d’interventions nécessaires à la coordination de plusieurs de ces actes. » 

D’ici à 2020, les établissements de santé devront avoir** :

  1. homogénéisé la gestion des identités des patients au sein du GHT avec des politiques et des procédures d’identitovigilance rénovées ;

 

  1. constitué un référentiel unique des identités des patients dans le cadre de la convergence des SIH et remplacé les identifiants locaux (les « IPP ») par l’INS dans toutes leurs applications informatiques.

L’identification unique du patient a notamment pour objectif :

  • de disposer d’une identification fiable du patient pour le partage et les échanges de données,
  • de prévenir les erreurs et les risques liés à l’identification des patients,
  • de limiter la redondance des examens,
  • de transmettre la bonne information au bon endroit au bon moment,
  • de permettre aux équipes médicales d’avoir plus de temps à consacrer au patient.

 

Dans le cadre d’une approche orientée patient au sein des GHT, l’identification unique du patient (NIR) constitue donc le socle de la gestion unifiée des contenus liés au patient. Elle vient faciliter le partage de toutes les formes de contenus structurées ou non structurées, DICOM ou non DICOM entre les différents établissements et permet de disposer d’une vue d’ensemble des données de santé ou du parcours de soins du patient.

Pour plus d’information, n’hésitez pas à nous contacter.

 

*NIR : Numéro d’Inscription au Répertoire 

**Source : DSIH.fr

12 décembre 2017
Ce contenu vous intéresse ?
Imprimez-le !
Aller à la barre d’outils