Posté le 06/01/2017
Article

Impression d’étiquettes : le numérique gagne du terrain

Partagez cet article
Impression étiquette

Au cours des 30 dernières années, la technique d'impression d'étiquettes a connu plusieurs changements. En 1980, la typographie rotative dominait les ventes de presses neuves. Puis, l'offset a pris son envol dans les années 1990. Au début du XXIème siècle, l'impression numérique a commencé à évoluer assez rapidement. L’étiquetage individualisé gagne en importance et le numérique est pour les imprimeurs la seule possibilité d’offrir l’impression de données variables.

Un secteur marqué par la montée du numérique

Les marchés de l’étiquette progressent de 4 à 6% par an. La valeur totale dans le monde est de 80 milliards de dollars pour 50 milliards de m2 d’étiquettes. Les étiquettes auto-adhésives représentent 50% du marché.

D’après des études récentes, plus de 25% des nouvelles presses d’étiquettes en laize étroite installées dans le monde sont numériques, soit environ 3180 presses numériques installées en Europe en 2015. Par technologie, la répartition est de 60% pour l’électrophotographie, 35% pour le jet d’encre et 5% pour les hybrides. Selon l’Institut Smithers Pira, le volume de mètres carrés imprimés dans le secteur passera de 4 milliards en 2014 à 7 milliards en 2017.

“Ce qui s’est passé sur le marché de l’impression il y a quelques années, se déroule actuellement sur celui des étiquettes. Les volumes basculent des technologies conventionnelles vers le numérique.”

Passage au numérique

Avant d’investir dans une presse numérique, plusieurs facteurs sont à envisager, au-delà du seul achat de la presse. Le numérique implique de nouvelles manières de travailler. Il permet une gestion des couleurs améliorée et pose les questions suivantes : quelle résolution choisir ? La presse a-t-elle une gamme de couleurs étendue ?

Les décisions d’imprimer en conventionnel ou en numérique peuvent être retardées jusqu’au dernier moment. Quel flux de travaux différents est-il possible d’absorber chaque jour ? Tous ces facteurs rendent probablement nécessaire un système d’information de gestion (SIG) plus pointu. Et donc, une autre décision d’investissement déterminante à prendre.

Zoom sur le premier système d’impression d’étiquettes totalement numérique de Konica Minolta

A l’occasion du Labelexpo 2015, Konica Minolta a présenté le business hub PRESS C71cf, sa presse numérique pour étiquettes, idéale pour de petites et moyennes séries rentables. Les professionnels du secteur se lançant dans l’ère du numérique apprécieront sa simplicité de fonctionnement, sa flexibilité, sa rapidité accrue et ses fonctions d’impression de données variables.

Konica Minolta offre un outil efficace pour faire face à l’évolution rapide des demandes du marché. Ces dernières années, les fabricants de biens de consommation et de produits industriels ont adopté une nouvelle approche de l’étiquetage, préférant éviter de stocker des étiquettes. Aujourd’hui, près de 60% des demandes concernent une production de moins de 10.000 pièces. Une réalité face à laquelle le business hub PRESS C71cf apporte une réponse intelligente puisqu’il permet d’imprimer de petites et moyennes quantités à la demande tout en offrant des délais d’exécution rapides.

Cette nouvelle presse numérique en continue, de technologie toner sec 4 couleurs, se présente en configuration bobine/bobine, sur une laize de 330 mm. Sa vitesse d’impression est en moyenne de 13,5 m/mn. Le business hub PRESS C71cf est compatible avec une large gamme de supports adhésifs ou non, par exemple le papier couché et non couché, le papier polypropylène et le papier synthétique. Les principales applications sont les étiquettes de boissons, de produits industriels, de biens de consommation d’aliments….

Partagez cet article