Limiter l’empreinte environnementale du parc d’impression

Lors de tout projet de renouvellement de parc d’impression, les directeurs des achats doivent pouvoir choisir un parc d’équipements d’impression possédant des caractéristiques environnementales.

La réduction de l’empreinte carbone du parc d’impression dans une entreprise est un engagement qui demande d’adapter ses habitudes d’achats.

 

Choisir la technique d'impression

Le choix de la technique d’impression est un élément clé dans la réduction de l’empreinte écologique du parc d’impression. A ce propos, l’ADEME recommande de privilégier des systèmes d’impression laser plutôt que jet d’encre, notamment pour faciliter le processus de recyclage du papier. En effet (et malgré quelques avancées récentes) les encres à eau (utilisées dans les imprimantes jet d’encre) impriment le papier de façon plus marquée, ce qui perturbe le processus de recyclage, contrairement à l’impression laser.

Paramétrer les fonctionnalités éco-responsables

Impression en recto verso

– Impression en noir et blanc par défaut

– Option de suppression des pages blanches

– Mode épreuve pour imprimer un test lors de l’impression multi-exemplaires

– Mode veille à définir en fonction des habitudes d’utilisation propres à chaque entreprise

Privilégier un fournisseur engagé dans la réduction de l’empreinte carbone de ses matériels

D’ici à 2050, Konica Minolta s’est fixé l’objectif ambitieux de réduire de 80% ses émissions de CO2 sur l’ensemble de cycle de vie de ses produits (conception, production, transport, utilisation et recyclage).  Cette politique environnementale a été reconnue par le Science Based Targets Initiative, un groupe d’experts climatiques mandaté notamment par l’ONU et le WWF pour vérifier le fondement scientifique des démarches environnementales menées par les entreprises.

Opter pour des produits recyclés et durables

Konica Minolta privilégie la fabrication de produits à fort taux de recyclabilité afin de promouvoir une économie circulaire basée sur la valorisation et le réemploi des différents matériaux. Par exemple, Konica Minolta a développé un matériau composite, le PC/PET, fruit du recyclage du polycarbonate (PC) et du PET (téréphtalate de polyéthylène) provenant de bouteilles d’eau en plastique. Ce matériau est utilisé dans la composition des parties plastiques externes (capots, bacs de sortie, poignées…) de ses multifonctions. En moyenne, 70% de l’enveloppe externe de ses multifonctions est fabriquée en plastique recyclé.

 

Compenser l’empreinte carbone du parc d’impression

Au-delà de la réduction des émissions de gaz à effet de serre lors de la production des produits, il est possible de compenser son empreinte carbone en acquérant des “packs” (quelques euros supplémentaires seront facturés) destinés par exemple à financer des parcs éoliens ou la plantation d’arbres visant à préserver les forêts. Konica Minolta a choisi Climate Partner comme partenaire “compensation carbone” pour le suivi de projets “offsets” (de compensation, en anglais), tels que la conversion sur l’île antillaise d’Aruba d’une centrale thermique en centrale éolienne, offrant à leurs clients des solutions clé en main pour s’investir dans le développement durable.

Ainsi, en plus de son caractère éthique, l’acquisition de système d’impression éco-responsables représente une formidable opportunité de réduire ses coûts de consommation et de fonctionnement. Ils permettent aussi de réduire les consommations de papier, de toner, d’énergie, de temps et de service auprès du fournisseur d’impression.

 

Découvrez dans le livre blanc, les recommandations de Konica Minolta pour réduire l’empreinte carbone du parc d’impression lors de son renouvellement.

 

25 juin 2018
Ce contenu vous intéresse ?
Imprimez-le !
Aller à la barre d’outils