Où en sont les experts-comptables de leur transformation digitale ?

A l’ère de la transition numérique, les experts-comptables doivent plus que jamais asseoir leur rôle de conseil et de services auprès des entreprises. Entretien avec Yves Pascault, Président du Club des Jeunes Experts-comptables et Commissaires aux comptes (CJEC).

expertcomptabletransitiondigitale

1. Quels sont les freins de la transformation digitale pour les jeunes professionnels ?

Le principal frein est directement lié aux experts-comptables eux-mêmes. Devenir un expert de la transition digitale engage l’expert-comptable à sortir de sa zone de confort et à repenser complètement ses habitudes de travail.

Par peur du changement ou manque de temps, les cabinets d’expertise comptable ne sont pas aussi avancés qu’ils pourraient l’être. En outre, la réorganisation numérique du cabinet passe par la désignation de référents à qui on va dégager du temps pour définir la stratégie à mettre en place. Les cabinets structurés vont, en effet, pouvoir détacher un ou deux collaborateurs pour cette mission. Les jeunes créateurs de cabinet sont, dès le départ, confrontés à cette problématique et mettent en place plus aisément une stratégie digitale. C’est moins évident pour les cabinets déjà installés. L’expert-comptable est le premier conseiller des entreprises. Si l’on ne réussit pas notre transition digitale, comment va-t-on pouvoir l’expliquer à nos clients ?

2. Quels sont les outils numériques à privilégier en 2017 ?

La transformation digitale doit faire gagner du temps aux experts-comptables dans la gestion de leurs dossiers. Il est essentiel de privilégier les outils de récupération de données bancaires, les plates-formes à disposition des clients pour transmettre les informations comptables en temps réel ainsi que les solutions qui aident les chefs d’entreprise à avoir une gestion plus fine au quotidien de leur trésorerie. Pour anticiper le passage à la facture numérique, les cabinets peuvent d’ores et déjà aller plus loin dans leur stratégie de dématérialisation en s’appuyant sur des solutions de traitement des fichiers PDF (OCR, indexation, classement automatisé) et ainsi ne pas avoir à ressaisir les factures numériques reçues dans leur logiciel métier. Les applications mobiles de gestion des notes de frais sont aussi des outils performants pour simplifier la gestion de cette tâche, aussi bien pour les chefs d’entreprise que pour les experts-comptables. Grâce au numérique, la profession peut enfin apporter des outils complémentaires à plus forte valeur ajoutée.

3. Que préconiseriez-vous aux experts-comptables pour faire évoluer leur profession ?

S’informer, se former au numérique et à ses enjeux, recruter des collaborateurs en phase avec la transition digitale sont des étapes clés pour faire évoluer la profession et offrir l’accompagnement nécessaire à nos clients. Savoir vendre des missions à valeur ajoutée est aussi un défi pour la profession. Investir dans le marketing et la communication devient crucial pour se différencier et vendre de nouveaux services. Il faut également envisager le numérique comme un moyen de remettre de la proximité et de l’humain dans la relation client.

4. Que pensez-vous du cabinet phygital, est-ce une évolution de la pratique du métier à privilégier ?

Effectivement, le cabinet de demain sera phygital. Le digital sera au service du client pour intensifier le relationnel entre l’expert-comptable et son client. Lorsque nous avons interrogé au printemps dernier les jeunes professionnels, dans le cadre de notre baromètre sur les pratiques numériques, pour la quasi-totalité d’entre eux les deux mots définissant le cabinet de demain sont : digital et humain. Si je prends mon exemple, sur la partie Audit, j’ai réorganisé mon cabinet en instaurant une politique zéro papier. En intégrant des outils numériques, la gestion de l’information est dématérialisée à 95%. Il ne reste plus que 5% de papier.

Cette réorganisation dans nos cabinets doit permettre de passer plus de temps avec le dirigeant pour l’aider à prendre les bonnes décisions d’investissements, à lui donner les bons conseils en matière de social, de défiscalisation.

Le digital doit aussi permettre au client de le soulager de certaines tâches administratives et de lui donner une vue en temps réel de son dossier. On ne peut plus être dans une logique où le client apporte ses factures à son expert-comptable et reprend un autre rendez-vous pour être conseiller.

Le numérique est une formidable opportunité pour remettre le contact humain sur le devant de la scène et apporter une plus grande réactivité.

10 octobre 2017
Ce contenu vous intéresse ?
Imprimez-le !
Aller à la barre d’outils