Partager les espaces de travail, une tendance à adopter ?

Flex-office, télétravail, coworking, corpoworking, desk-sharing… l’espace de travail est en constante évolution avec en toile de fond un meilleur bien-être au travail, plus de convivialité et de cohésion entre les équipes. Les initiatives pour réinventer l’espace de travail se multiplient, à l’image de base10. Explications avec Barbara Peneau, Community Manager, de cette start-up bordelaise.

environnement de travail konica minolta

base10 met en contact des entreprises et des collectivités ayant des locaux disponibles avec d’autres sociétés, des travailleurs indépendants, des étudiants, des professionnels en déplacement. Cette plateforme de partage d’espaces de travail permet aux personnes en déplacement de réserver un bureau, une salle de réunion ou un espace ouvert et aux professionnels de mettre à disposition leurs espaces vacants. Les réservations s’effectuent en ligne ou via l’application mobile dédiée. base10 replace ainsi l’échange et le partage au cœur de la mobilité professionnelle pour que les espaces de travail génèrent une nouvelle valeur.

Le « sans bureau fixe » est-il en train de devenir la norme ?

Effectivement, le flex office est une tendance grandissante qui est né d’un constat simple : le nombre de surface de travail sous-occupés et la mobilité des salariés grandissante. L’absence de bureau de travail attitré permet aux collaborateurs de travailler dans différents environnements ; chacun étant libre de choisir l’espace de travail le plus approprié par rapport aux projets à mener en équipe ou aux tâches à réaliser.

Mais, c’est un modèle qui a aussi ses limites et ne convient pas à toutes les personnes; d’où l’intérêt de multiplier les possibilités de travailler autrement. Aujourd’hui, la perception que nous avons du temps de travail évolue et est vécue différemment. Nous vivons tout plus rapidement, nous vivons dans l’immédiateté qui conduit à l’hyperactivité. Il s’avère donc nécessaire de repenser les façons de manager et de travailler. Par exemple, le collaborateur, qui n’a pas le temps de repasser au bureau entre deux rendez-vous, peut louer un espace de travail pour une demi-journée. En réduisant ainsi son temps de déplacement, il gagnera du temps de travail, ce qui s’avère plus efficace et productif.

D’autres tendances sont-elles en train d’émerger ?

Oui, le corpoworking est une tendance qui est amenée à progresser. Il permet aux entreprises d’intégrer l’esprit du coworking. Celles-ci mettent à disposition de leurs salariés des espaces de coworking pour créer de nouvelles interactions entre les collaborateurs, ce qui permet notamment de favoriser l’open-innovation. Cette pratique permet ainsi de développer plus de croisements en interne, mais aussi de faire en sorte que ces lieux soient ouverts sur l’extérieur, par exemple à des partenaires. Le remote working fait aussi son apparition. Il permet à chacun de travailler sans contraintes en mode nomade tous les jours et de n’importe quel endroit. Les échanges avec les managers sont réguliers et s’effectuent eux-aussi à distance.

 

Quels sont les outils du travail mobile à privilégier ?

Il existe plusieurs applications et solutions pour travailler en mode projet à distance, telles que Trello pour la répartition et la gestion des tâches entre les collaborateurs ou encore Slack pour communiquer de manière instantanée par rapport aux projets en cours. D’autres applications d’économie collaborative sont intéressantes, par exemple pour louer une place de parking. Ce sont avant tout les applications en mode projet qui font vivre le travail mobile.

Comment ressentez-vous la demande des entreprises aujourd’hui ?

On peut voir une montée en puissance régulière. Les entreprises se rendent de plus en plus compte de l’importance du bien-être au travail, un critère fort si elles veulent attirer de jeunes talents qui privilégient une très bonne ambiance de travail, la convivialité et une bonne cohésion d’équipe. Il est nécessaire de proposer des alternatives aux salariés pour qu’ils se sentent bien au travail ; que ce soit en privilégiant le travail mobile, dans l’aménagement des espaces de travail, mais aussi en donnant la possibilité de faire du sport ou d’autres activités qui permettent de rendre productive l’entreprise.

 

Notre façon de travailler est donc principalement impactée par : la relation que tient la sphère professionnelle dans l’existence de chacun, notre perception du temps et la relation aux autres s’inscrivant plus aujourd’hui dans la complémentarité et le partage – trois piliers qui font évoluer et modifient les modes ainsi que les espaces de travail.

 

22 juin 2018
Ce contenu vous intéresse ?
Imprimez-le !
Aller à la barre d’outils