Posté le 27/07/2016
Article

PME & RSE, je t’aime moi non plus

Partagez cet article
PME & RSE, je t’aime moi non plus

Bien que conscientes des enjeux de la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) et des atouts qu'elle présente pour se différencier, rares sont les PME (Petites et Moyennes Entreprises) à disposer d’un « responsable RSE » et bien souvent elles en ont une vision morcelée. Des paroles aux actes, pourquoi une telle différence ?

Une intégration de la RSE dans les PME en bonne voie

En prenant du recul, on s’aperçoit que les PME françaises ont progressé en matière de RSE. D’ailleurs, elles seraient même les championnes de la RSE en comparaison avec les autres pays de l’OCDE et les BRICS, selon l’étude menée par EcoVadis et la médiation inter-entreprises*. 47% (petites ou grandes entreprises) disposent d’un système de gestion de la RSE performant ou exemplaire, contre 40% pour les autres pays de l’OCDE et 15% pour les BRICS. Elles se distinguent sur deux aspects : l’environnement et le social.

Cette avance est motivée par :
– Un cadre règlementaire riche et des incitations des pouvoirs publics à investir dans la RSE, (obligation de publication d’un bilan social, les lois NRE, le Grenelle, etc…),

– des incitations des syndicats et fédérations professionnelles,

– le dynamisme et les synergies des acteurs de la RSE (Novethic, ORSE, Vigeo, entreprises de conseil RSE),

– la participation de la France aux initiatives internationales (participation à l’élaboration de la norme ISO 26000 ou encore la présidence de la commission sur la norme ISO pour les achats responsables).

D’autres pistes de réflexion sont aussi très encourageantes comme celle du groupe de travail de la plateforme nationale d’actions globales pour la RSE qui appelle l’Etat à créer un label RSE volontaire. Ce label RSE servirait à inciter l’Etat et les collectivités à favoriser les démarches « exemplaires » des PME/TPE dans le cadre des achats publics.

Les PME s’approprient le concept

La plupart des PME s’accordent à penser que la RSE est un levier efficace pour redéfinir leur stratégie, les repositionner sur de nouveaux marchés, les orienter vers de nouvelles perspectives de croissance, les aider à motiver leurs salariés, et qu’au global elle améliore la performance de l’entreprise.

Elles estiment aussi que le principal moteur d’une démarche RSE se trouve bel et bien au cœur de la vision personnelle stratégique du chef d’entreprise**. En effet, l’implication du dirigeant est la condition sine qua non à la mise en œuvre de toute démarche RSE et permet, par la suite, de mobiliser les salariés autour de sa vision durable, commune à tous.

Dans le cadre de leur démarche RSE, les PME mènent des actions2 principalement axées sur :
1. L’amélioration des conditions de travail et le dialogue social
2. La réduction de l’impact environnemental de l’activité
3. Le développement du dialogue avec les parties prenantes
4. La motivation et fidélisation des collaborateurs
5. La promotion d’achats responsables

Enfin, elles tiennent de plus en plus compte de l’impact climatique de leurs services et produits pour répondre à la pression de leurs clients et de leurs consommateurs.

Mais leur engagement reste relatif

Paradoxalement, la RSE a encore du mal à franchir les portes des PME. Bon nombre d’entre elles, ne sont pas convaincues par les bienfaits d’une démarche RSE. La plupart des PME n’y consacrent ni temps, ni investissement, ni aucune ressource humaine. Aucun service spécifique ni budget propre n’est d’ailleurs dédié à la RSE dans près de la moitié des petites sociétés***.

Plus de 40 %*** disent aussi regretter le manque de visibilité de leur retour sur investissement des actions RSE, en cause : le manque d’indicateurs chiffrés pertinents, la déconnexion de cette démarche vis-à-vis de la chaîne de valeur de l’entreprise ou encore le faible impact de la RSE sur le chiffre d’affaires de la société. Pour celles qui l’ont adopté (20% environ), les indicateurs portent essentiellement sur leur impact environnemental, l’optimisation de leurs consommations d’énergie et leur image de marque.

Certes, inciter les PME à développer une démarche RSE, dans un contexte économique difficile, reste un défi à relever. Mais, en mettant en place une démarche adaptée à leur taille et à leurs moyens, les PME peuvent faire de la RSE un facteur de performance.

 


* Etude menée auprès de plus de 12 000 entreprises dans les pays de l’OCDE et les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) – 25 mars 2015
** Baromètre RSE des PME réalisé par CCI France, l’Observatoire des achats responsables (ObsAR), la CGPME et la Médiation inter-entreprises – Edition 2013
*** Baromètre des enjeux RSE réalisé par le cabinet BDO et Malakoff Médéric – 1er avril 2014

Partagez cet article