Caméras, des objets connectés vulnérables

De nombreuses entreprises s’équipent avec des objets connectés dédiés à la sécurité physique comme les caméras numériques. Mais dès lors qu’un appareil est relié à Internet, il est susceptible d’être attaqué. Ce constat suscite l’inquiétude des professionnels et freine l’adoption de l’IoT, d’où la nécessité d’instaurer de la confiance.

objets connectés

Les objets connectés se comptent déjà par milliards. Gartner et l’IDATE (Institut de l’audiovisuel et des télécommunications en Europe) estiment entre 50 et 80 milliards d’objets connectés en circulation en 2020. Omniprésents, ils sont amenés à transformer tout autant notre vie quotidienne que le fonctionnement des entreprises. Mais ces derniers repoussent les utilisateurs autant qu’ils les attirent : 71%* des Français se disent effrayés par les objets connectés et la manière dont ils collectent les données sur les individus et leurs comportements.

Instaurer la confiance dans les objets connectés

L’exploitation abusive des données est l’une des principales craintes exprimées. Pour les fabricants d’objets connectés, tels que MOBOTIX (partenaire de Konica Minolta) qui conçoit des systèmes vidéo IoT, garantir la confidentialité des données et la sécurité est un enjeu majeur pour instaurer la confiance. A ce titre, la cybersécurité et la protection des données personnelles sont des aspects indispensables intégrés dès la phase de conception et pendant toute la vie du produit.

Privacy by Design et Security by Design, deux gages de confiance

Comment les fabricants peuvent-ils créer une relation de confiance avec leurs clients lorsqu’il s’agit d’IoT ? Les concepts de « Privacy by Design » et de « Secure by Design », garantissant la protection des données personnelles et l’intégration de la sécurité dès la phase de conception, créent cette relation de confiance.

Parce que les dispositifs de vidéoprotection sont aujourd’hui une des cibles privilégiées des cyberdélinquants, MOBOTIX est le premier fabricant de systèmes vidéo IoT, en Europe, à répondre aux exigences du “Privacy By Design” et du “Secure By Design”.

La cybersécurité est ainsi prise en compte dès la conception, au niveau de :

  • la caméra,
  • la communication,
  • l’enregistrement,
  • l’accès,
  • et du logiciel de de vidéosurveillance.

Allier sécurité vidéo et sécurité numérique

Néanmoins, il est important de ne pas se focaliser sur l’objet connecté lui-même mais de s’intéresser surtout à la solution dans sa globalité. À quoi bonune caméra de vidéosurveillance inviolable s’il suffit à un pirate d’attendre en aval le flux d’images pour l’intercepter ? MOBOTIX résout le problème avec son « concept cactus » unique. Celui-ci offre une protection fiable et élevée de ses systèmes vidéo IoT contre les cyberattaques. Il protège le moindre élément de conception, de fabrication et de fonctionnement des systèmes, grâce à un cryptage de bout en bout. Ainsi, tous les modules (caméra, stockage, câbles, VMS) des systèmes MOBOTIX possèdent des épines numériques qui les protègent de tout accès non autorisé.

En outre, les caméras numériques haute-résolution MOBOTIX sont certifiés par le Centre National de Prévention et de Protection (CNPP). Elles disposent ainsi d’une garantie supplémentaire de fiabilité, de résistance et de sécurité aux cyberattaques.

* Etude réalisée en ligne par IPSOS Mori pour le compte de l’Internet Society et de Consumers International, du 1er au 6 mars 2019

11 octobre 2019
Ce contenu vous intéresse ?
Imprimez-le !