Economie circulaire, pourquoi est-ce un modèle d’avenir ?

Economie circulaire

Objectif zéro déchet, interdiction des plastiques à usage unique, développement d’alternatives réutilisables, l’économie circulaire prend de l’ampleur et devient de plus en plus un critère de décision. Mais en quoi consiste cette approche et quels sont ses bénéfices ?


_______

Qu’est-ce que l’économie circulaire ?

L’économie circulaire est un mode de création de valeur ajoutée qui se donne pour but principal de réduire la pression exercée sur les écosystèmes par les structures qui s’y engagent. En quelques mots, cela consiste à stimuler les synergies entre acteurs afin de faire mieux avec moins de ressources.

Le concept d’économie circulaire est en opposition avec celui d’économie linéaire. En économie linéaire, on extrait, on exploite, puis on jette. Cette approche met les écosystèmes en danger et favorise les émissions de gaz à effet de serre participant ainsi au réchauffement climatique qui nous met tous en danger.

 

En économie circulaire, on réutilise, recycle ou valorise. On crée des chaînes visant à permettre aux acteurs de tirer le maximum des ressources impliquées dans leurs processus.

La Fondation Ellen Mac Artur la définit selon quatre critères majeurs :

1-  L’absence de la notion de déchets : en effet, les produits sont créés et optimisés dans une optique de désassemblage et de réutilisation.

2-  La différentiation de biens durables et de consommables : les consommables dans une économie circulaire sont issus d’ingrédients organiques alors que les biens durables sont issus de matières non biologiques. Cependant ils sont conçus de telle sorte qu’ils peuvent ainsi être réutilisés.

3-  L’énergie apportée pour produire un bien ou service doit être renouvelable : l’énergie nécessaire pour produire les biens et/ ou services est d’origine renouvelable.

4-  Le client final du produit n’est pas un consommateur mais un utilisateur : intégrés à une économie de la fonctionnalité, les produits durables ne sont plus propriété du client mais lui sont leasés, prêtés ou bien partagés.

L’économie circulaire : comment profite-t-elle aux entreprises?

Préférable pour l’environnement, l’économie circulaire doit être vue par les entreprises comme une opportunité plutôt que comme une nouvelle contrainte. En effet, cette approche offre des avantages considérables par rapport à une gestion linéaire de la matière. En voici quelques-uns :

  • Le circuit court: réduire le nombre d’intermédiaires entre l’usine de fabrication et un client permet également de réduire au maximum le coût de revient du produit ou service.
  • Élargir le cercle de l’économie circulaire et de la fonctionnalité : augmenter la durée de vie d’un produit pour éviter la production d’un nouveau, et finalement en augmenter le prix.
  • Démultiplier l’usage d’un produit au service d’une économie de la fonctionnalité : augmenter le nombre d’utilisation qu’il est possible de faire d’un produit en maximise ainsi les recettes.
  • L’efficacité des processus de production dépollués : travailler sur un produit qui ne présente pas de risques de pollutions ou de conformité réglementaire permet ainsi de limiter les coûts liés au contrôle de ces risques (veille réglementaire, investissement dans des infrastructures adaptées…).

 

Ainsi, l’économie circulaire apparaît comme un modèle alternatif crédible pour les entreprises. Tout d’abord puisqu’il permet de répondre à la pression existante de plus en plus forte sur les ressources naturelles, mais aussi aux limites du modèle d’économie linéaire. Enfin, il peut aussi être un fort levier de compétitivité pour le secteur privé lui permettant ainsi de diversifier son business model vers une économie de l’usage, autrement appelée économie de la fonctionnalité.

Beaucoup de structures de différentes tailles et activités ont amorcé une transition vers une économie circulaire

On peut citer le très médiatisé exemple d’Adidas et de ses paires de baskets fabriquées à base de plastique recyclé récupéré en mer dont plus de 5 millions d’exemplaires ont été vendus, qui s’est engagé à n’utiliser que du plastique recyclé d’ici à 2024.

En France, nous avons également Phenix qui se démarque en donnant une seconde vie aux invendus alimentaires, dans un contexte ou un tiers de la nourriture produite dans le monde est jetée.

Konica Minolta mène également des projets d’économie circulaire. Dans une optique d’économie de la fonctionnalité, nous menons un travail de fond sur la durée de vie de nos équipements et leurs matériaux. Nous étions vendeurs de machines, nous sommes devenus fournisseurs de service par le biais de nos équipements dont nous assumons le cycle de vie dans son ensemble. Au niveau du groupe, nous faisons en sorte d’intégrer toujours plus de matériaux recyclés dans nos produits neufs, notamment dans nos bouteilles de toner et nos multifonctions. Bien sûr, nous récupérons tous nos équipements et consommables en fin de vie.

En France, nous avons développé en partenariat avec l’Association des Paralysés de France une offre d’équipements multifonctions remanufacturés. Le programme Second Life permet d’économiser des matériaux et des coûts tout en participant à l’insertion par l’activité économique de personnes en situation de handicap.

L’économie circulaire est un changement de paradigme dans lequel tous les acteurs ont un rôle à jouer. Quels que soient la taille ou le domaine de votre structure, vous pouvez certainement mettre en place un plan d’action qui vous permettra de contribuer à votre échelle.

31 août 2016
Ce contenu vous intéresse ?
Imprimez-le !