Posté le 24/02/2016
Article

Konica Minolta à la pointe de l’économie circulaire

Partagez cet article
Bidon de toner Konica Minolta

Konica Minolta recycle des bouteilles de lait en polyéthylène pour en faire des bouteilles de toner pour les systèmes d’impression. Konica Minolta a développé une technologie de lavage qui élimine l’odeur du lait et les minuscules cellules qui dégraderaient la qualité. Konica Minolta a installé une unité de production au Mexique et en Malaisie. Le Groupe a l’intention de faire passer de 25% à 100% la proportion de matériau recyclé dans les matières premières utilisées dans les bidons de toner. Entretien avec Ricardo Barba, Responsable de la Production de l’usine Konica Minolta d’Eloyes dans les Vosges.

En quoi consiste ce projet ?

Ce projet consiste à utiliser une matière recyclée, « post consumer » pour la fabrication de nos bidons de toner, c’està-dire utiliser une matière (Polyéthylène Haute Densité) fabriquée à partir de produits ayant déjà réalisé un cycle de vie sur le marché. Pour respecter les spécifications de qualité demandées pour la fabrication de nos bidons, nous devons trouver une matière de composition stable, exempte de polluants chimiques, de couleur claire et sans inclusion de plastique de couleur qui pourrait créer des points noirs sur les bidons. Les bouteilles de lait usagées présentent toutes les caractéristiques nécessaires. Elles sont blanches, faites de matière PEHD pure. Elles n’ont pas été en contact avec des produits chimiques, et existent en suffisamment grande quantité pour constituer un gisement stable et pérenne.

Pourquoi Konica Minolta s’est-il fixé un objectif aussi ambitieux d’obtenir 100% des bouteilles de toner en PEHD recyclé à horizon 2017 ?

L’utilisation de matière recyclée est l’une des actions clé des objectifs de préservation des ressources naturelles que Konica Minolta s’est fixé. L’utilisation de matière recyclée à 100% en soufflage est une chose possible même si elle n’est pas facile (au contraire des pièces injectées). Le défi est double. Il faut produire des bidons dans ces conditions, et trouver des gisements suffisamment importants, stables et pérennes pour alimenter cette production.

Vous allez notamment souffler les bouteilles à l’usine d’Eloyes et donc favoriser une fabrication française des bouteilles de toner ?

La source de ces bouteilles était déjà partiellement française, et pour une autre part issue d’Europe de l’Est. En réalisant le soufflage de la majorité de nos bidons dans notre usine d’Eloyes, nous allons augmenter et pérenniser la part de la production française.

En quoi ce projet va-t-il changer votre façon de travailler ?

Nous allons intégrer sur notre site une production qui était auparavant réalisée par un fournisseur externe. De ce fait, nous allons directement maîtriser la qualité de nos produits, réaliser une production en temps réel et réduire notre stock de bouteilles vides. Nous allons également réaliser nos bidons avec de la matière recyclée, ce qui devrait à terme stopper l’utilisation de matière vierge issue de la transformation du pétrole.

Partagez cet article