Les PME perdent 15 heures par mois à résoudre les problèmes informatiques

Les PME se contentent d’une informatique sous-performante et les problèmes informatiques rencontrés au quotidien freinent gravement leur réussite. Tel est le constat dressé par Konica Minolta et Opinium qui viennent de dévoiler les résultats d'une étude réalisée auprès de 815 dirigeants de PME (dont plus de 200 dirigeants français) sur leur gestion de l’informatique.

Pour une PME sur cinq, les problèmes liés à l’infrastructure informatique constituent l’un des trois défis majeurs auxquels leur entreprise est confrontée.

Pour au moins un tiers des répondants, ils engendrent une augmentation des coûts, une baisse de productivité et une moindre qualité du travail.

Pour autant, 95 % des PME interrogées, tous marchés confondus, se disent satisfaites de leurs solutions informatiques actuelles.

L’informatique, une source de frustration pour les PME

Si les PME françaises investissent dans de nouvelles solutions informatiques, le budget consacré (environ 184 000 euros par an) s’avère être le plus bas comparé aux autres pays interrogés. Á savoir, plus de 466 000 euros pour l’Allemagne et plus de 750 000 euros aux Etats-Unis. 56% du budget informatique est d’ailleurs consacré à la résolution des problèmes techniques, soit un coût estimé à 227 000 euros par an. En la matière, les dépenses avoisinent les 100 000 euros en France.

Parmi les diverses difficultés critiques rencontrées :

  • du matériel qui ne fonctionne pas (27 %).
  • des problèmes d’administration informatique (24 %).
  • des logiciels obsolètes (24 %).
  • une mauvaise connectivité Internet (20 %).
  • des risques en termes de sécurité (23 %).
  • des pannes de serveurs (20%).

Des dysfonctionnements qui mettent en péril l’activité des PME

Et l’impact de ces dysfonctionnements informatiques sur l’activité est plus sérieux que beaucoup de PME le pensent. Elles estiment perdre plus de 15 heures par mois à résoudre les problèmes informatiques.

Elles déplorent :

  • le temps nécessaire pour résoudre les problèmes (41 %).
  • une baisse de productivité des employés (37 %).
  • un coût de la résolution des problèmes (35 %).
  • une baisse de la qualité du travail (35 %).

Le manque de ressources IT dans les PME, un frein à l’innovation

En France, 47% des PME se déclarent favorables à l’intégration et à l’adoption de l’intelligence artificielle et de machine learning. Elles sont convaincues qu’un avenir incluant ces technologies est prometteur. Pour autant, bon nombre d’entre elles ont du mal à mettre en œuvre de nouvelles solutions informatiques.

Principale raison à cela : la difficulté des dirigeants de PME interrogés à recruter les bonnes ressources IT et le manque de compétences en interne (57%). Ensuite : un faible taux d’adoption des technologies Cloud alors que de nombreuses solutions d’intelligence artificielle et de machine learning mises sur le marché aujourd’hui impliquent d’y recourir.

Le cloud pour 16% des PME seulement

Selon l’étude, seules 16 % des PME françaises disent avoir l’intention d’adopter une infrastructure Cloud au cours des trois prochaines années, même constat pour les applications Cloud.

Celles qui n’envisagent pas d’adopter une infrastructure Cloud justifient leur position comme suit :

  • une technologie trop onéreuse ou un budget indisponible (29%).
  • l’organisation n’a pas l’utilité de cette technologie (18%).
  • l’organisation n’a pas l’expertise nécessaire pour l’utiliser (24 %).

Konica Minolta réfute l’idée qu’une informatique sous-performante soit la norme dans un contexte professionnel. C’est pourquoi, le groupe a créé le Workplace Hub, une solution pensée pour simplifier la gestion de l’informatique des PME.

91 % des dirigeants de PME estiment d’ailleurs qu’un système informatique tout-en-un intégrant de manière transparente le matériel, les logiciels et les services dans une solution multi-fournisseurs unique serait adapté à leur organisation.

 

 

23 novembre 2018
Ce contenu vous intéresse ?
Imprimez-le !