Prévisions 2021 pour le secteur de l’impression de production

Toutes les crises, comme celle du coronavirus, ont pour effet d’accélérer les tendances en cours.
Sur le marché de l’impression de production, trois d’entre elles prendront de l’ampleur en 2021 :
- l’augmentation de l’achat en ligne, durant le confinement et même après, qui a fait croître la demande en solutions Web-to-Print chez les imprimeurs ;

- le passage de l’impression analogique vers les technologies numériques ;
- et l’automatisation qui entraînera l’émergence de processus de fabrication complets ainsi qu’une augmentation de la demande en matériels mobilisant peu les opérateurs.

La technologie numérique gagne du terrain

Il ne fait aucun doute que la technologie numérique va continuer en 2021 de supplanter l’offset. Compte tenu de l’érosion continue des volumes d’impression offset, les imprimeurs sont obligés d’élargir leurs gammes de services d’impression numérique.

Pour German Sacristan, Directeur On Demand Printing de Keypoint Intelligence, la Covid-19 a eu des aspects positifs, comme la forte hausse enregistrée sur le segment de l’impression d’emballages ou encore les efforts fournis pour communiquer de manière plus efficace et ciblée avec ses clients et prospects. « Il est fort probable que cette crise favorise le numérique dans plusieurs secteurs », avance-t-il. « Les budgets d’impression existent toujours et l’impression numérique permet une communication plus globale et efficace du fait de la réduction des tirages, plus ciblés, et de l’impression de données variables. »

Si au niveau mondial, le marché de l’impression fléchit en volumes, cette baisse reste légère. Dans son étude, intitulée « The Future of Digital vs Offset Printing to 2024 », Smithers Pira estime que 49 654 milliards de feuilles seront imprimées en 2024, contre 49 973 milliards en 2014. Le numérique est le segment d’impression qui enregistre la croissance la plus rapide. Si son taux de pénétration global du marché n’est que de 5 % en volume, en valeur totale, il atteint désormais 20 % du marché mondial.

Rebond attendu du marché

Dans son analyse « Out-of-the-Box and about Box thinking: Industrial and Production Printing in the Aftermath of COVID-19 », IDC indique comment le coronavirus a créé des opportunités dans les secteurs de l’impression industrielle et de production, notamment sur les segments des étiquettes et des emballages, de la décoration, de la signalétique et des textiles. D’autres prévisions indiquent toutefois une chute des commandes de presses à toner et à jet d’encre en Europe, au cours du premier confinement. Le taux de croissance annuel composé (TCAC) global devrait afficher une baisse de 5,2 %. Néanmoins, les prédictions sont plus optimistes avec un rebond du marché attendu en 2021.

Par exemple, Konica Minolta est resté le fournisseur numéro 1 de presses de production feuille à feuille en Europe occidentale, avec 26,1 % de parts de marché. Ces matériels sont destinés aux professionnels des Industries Graphiques qui souhaitent étendre et simplifier leurs activités, grâce à une automatisation de pointe, à la réduction du nombre d’interactions humaines et à l’accroissement de la productivité. Concrètement, ces caractéristiques permettent d’imprimer davantage, avec une meilleure qualité et en générant moins de déchets. Konica Minolta a également connu d’autres évolutions sur son segment toner, comme les lancements de la presse AccurioPrint C750i, capable de s’intégrer entièrement aux services Cloud, et de sa nouvelle série de presses numériques couleurs : AccurioPress C4080.

Le jet d’encre et ennoblissement numérique : deux leviers de croissance

Sans aucun doute, le jet d’encre restera encore en 2021 considéré comme une solution viable et avantageuse pour de nombreux types d’impression de production haut de gamme. Le potentiel considérable de ce marché a poussé Konica Minolta à commercialiser cette année l’AccurioJet KM-1e, la presse feuille jet d’encre couleur au format B2+ numérique de Konica Minolta, devenue le lien naturel entre offset et numérique.

L’ennoblissement numérique restera lui aussi l’un des principaux moteurs de croissance du marché de l’impression de production. Grâce aux nouveaux procédés d’ennoblissement numériques, les prestataires de services d’impression et les imprimeurs peuvent se démarquer de la concurrence. Par exemple, l’exceptionnelle fonctionnalité tactile 3D permet de déposer un vernis UV sélectif pour parfaire les impressions offset et numériques quatre couleurs. Sur ce segment, Konica Minolta a renforcé sa coopération avec MGI Digital Technology (MGI) afin de proposer un interlocuteur unique.

L’impression numérique par toner et jet d’encre a donc encore de belles années devant elle sur les marchés de l’impression commerciale et industrielle. Même si les défis posés par l’épidémie actuelle de COVID-19 sont sans précédent, l’espoir d’un retour à une « nouvelle normalité » demeure avec l’arrivée de vaccins. En attendant, Konica Minolta consolidera sa présence en ligne avec davantage de showrooms virtuels qui proposeront diverses fonctionnalités d’exploration interactive pour découvrir les nombreux produits d’impression de production disponibles.

21 décembre 2020
Ce contenu vous intéresse ?
Imprimez-le !