Article

Rançonlogiciel, une montée en puissance des attaques attendue en 2017

Partagez cet article
Serians IT Services Konica Minolta

Rançonlogiciel, le logiciel malveillant qui prend en otage les données personnelles et les restituer contre une rançon, devrait être à l’origine de la majorité des cyber-attaques en 2017, selon les prévisions des acteurs de la sécurité informatique. Les attaques seront de plus en plus sophistiquées et ciblées. Crainte majeure des entreprises, comment pourront-elles s’en prémunir ?

3 questions à Christophe Amiable, expert sécurité au sein de la filiale Serians IT Services de Konica Minolta.

1. Les attaques de rançonlogiciels seront-elles plus virulentes en 2017 ?

En 2016, la fréquence des attaques de rançonlogiciels s’est considérablement accélérée. Toutes les 40 secondes, une entreprise était victime d’une attaque et une entreprise sur 5 n’a jamais revu ses fichiers même après avoir payé. Un mode de propagation collaboratif a même été identifié en fin d’année. On demande à la victime de contaminer ses amis pour qu’ils payent la rançon à votre place. Autre forme détectée, le rançonlogiciel qui sensibilise à la sécurité informatique, celui-ci propose de déchiffrer gratuitement les fichiers en échange de la lecture de 2 articles sur les ransomwares. Près de 450 000 attaques devraient être recensées cette année et leur augmentation est estimée à plus de 207%. On s’attend aussi à ce que l’hyper connectivité multiplie les vecteurs d’attaques et à ce que les cyber-délinquants utilisent les objets connectés comme nouveau biais de propagation des attaques : Ransomware of Things ou RoT.

2. Comment les entreprises pourront faire face à cette montée en puissance des attaques ?

Contrôler et filtrer sont les deux axes prioritaires sur lesquels les entreprises doivent se concentrer pour renforcer leurs systèmes de défense. La mobilité constitue une faille de sécurité importante et les entreprises commencent tout juste à mettre en place des politiques adaptées. D’autre part, son spectre évolue considérablement avec l’expansion de l’Internet des Objets (IOT) dans la sphère professionnelle et qui par conséquent augmente la surface d’attaque des cybercriminels. Les objets connectés doivent dorénavant être pris en compte. En matière de mobilité et de sécurité informatique, les entreprises ont généralement deux postures soit restrictive ou permissive. Dans le second cas, elles devront consentir à des investissements supplémentaires pour prendre en compte l’écosystème IT dans son ensemble et réajuster leur politique de contrôle des accès. Le filtrage applicatif et l’analyse des flux réseau opérés par les pare-feux de nouvelle génération revêt ici un rôle majeur pour permettre d’identifier le maillon faible de l’écosystème. Un audit de configuration est aussi très fortement recommandé car il permettra de restituer une parfaite visibilité de l’état de son réseau et du trafic associé, y compris des applications et des contenus.

"Un système de sécurité unifié et corrélé offre une réponse rapide à une menace."

3. Quelles bonnes pratiques préconisez-vous ?

Une mise à jour constante des systèmes et des règles de sécurité est bien évidemment le premier prérequis lorsque l’on parle de bonnes pratiques. La mise en œuvre de mécanismes d’alertes en temps réel en est un second pour pouvoir agir immédiatement et limiter les effets d’une menace. Enfin, la mise en place d’un système de gouvernance des données est un troisième prérequis nécessaire. Les données constituent 70% de la valeur d’une entreprise. Etablir une cartographie des données permet d’en contrôler l’accès à travers des processus, acteurs et instances de décision clairement définis et partagés au sein de l’entreprise. En définissant une politique claire de contrôle et de gestion des accès sur l’ensemble des données de l’entreprise, on peut être en mesure de préserver leur sécurité.

Serians IT Services propose aux entreprises des solutions avancées de sécurisation des données, en partenariat avec Paolo Alto, Olféo et MailinBlack, permettant aux entreprises d’élargir leur scope de sécurisation.

Partagez cet article